Toutes les tribunes


page : 1 . 2 . 3 - suivante


A quand la Journée de l’homme ?

[L’édito « blonde » de l’ADH]

6 mars 2009

Chers lecteurs, cette année, en cette veille de la Journée de la femme, c’est promis, je ne vous infligerai pas la longue complainte des femmes directeurs d’hôpital et de leur place dans la profession. Non, cette année, propositions, plans d’actions sont au menu, bref, je suis « actrice » de mon propre sort et de mon destin ! Je vous rassure : je ne reviens pas d’une longue séance de coaching. Mais voilà, « ce matin je vais bien », l’envie d’en « découdre » et quelques rayons de soleil en cette fin d’hiver n’y sont pas pour rien. Proposition numéro 1 : Favoriser la parité dans les équipes de direction et dans les chefferies d’établissement. Pourquoi ? Parce que nos collègues féminines représentent plus de 50% des effectifs des récentes promotions, parce que vous pourrez lire dans la presse que, les organismes ou entreprises « staffées » et managées par des femmes ont de meilleurs résultats. Ces propos ont d’ailleurs été également tenus à l’aune du comportement des traders récemment dénoncé et de la crise actuelle. Les femmes ont peut être en effet moins le goût du risque ou du jeu surtout quand il ne s’agit pas de leurs propres « jouets »… Vous me direz, c’est certain, chez les directeurs d’hôpital… pas facile de parvenir à ce type de conclusions sachant le très faible nombre de femmes chefs d’établissement.La statistique n’est pas aisée ! Je vous répondrais alors : essayons donc pour voir ! Et n’attendons plus d’être reconnues (cela peut durer longtemps !) mais sachons évoluer et nous rendre visibles. A bas le complexe de Cendrillon ! [1] Pourquoi ne pas importer à l’Hôpital public, à l’instar des entreprises, un label « Egalité » ?

Proposition n°2 : en lien direct avec la première, la réussite étant aussi à mon sens une question d’équilibre, il s’agit de pouvoir opérer une meilleure alternance entre temps consacré à la vie professionnelle et celui consacré à la vie privée. Franchement, entre nous, quel intérêt véritable présentent ces réunions qui démarrent après 18H00 et qui durent plus de trois heures ?? Même les jeunes pères « managers » ne veulent plus sacrifier leur vie privée à leur carrière et ils ont bien raison …ouf ! et vive le congé paternité. Pourquoi ne pas inventer une « charte de la parentalité » dans nos établissements comme cela a été réalisé chez l’Oréal ? Le talent n’est définitivement pas proportionnel au nombre d’heures passées au bureau bien que le modèle de management masculin traditionnel ait tenté de le faire croire… Pourtant rien de plus normal me semble-t-il que d’avoir envie de rentrer chez soi et de retrouver le douce quiétude familiale pour mieux se ressourcer…qu’en pensez vous ?

Deux propositions seulement c’est faible, je le reconnais, mais ce n’est qu’un début. 2009 pourrait être l’occasion d’avancer sur ces sujets de l’égalité, de la parité, de la parentalité avec toutes les « volontés » de collègues sans distinction de sexe, bien évidemment, qui souhaiteraient y être associés. Il y encore beaucoup à faire pour que cessent par exemple, les allusions renvoyant à la discrimination positive dès lors qu’une femme directeur d’hôpital est retenue sur un poste de chef d’établissement. Allons, allons chers collègues... la femme directeur d’hôpital est un directeur comme les autres ! Une partie du combat sera gagné lorsque nous n’aurons plus besoin de célébrer la Journée de la femme invention de 1910, avant que celle-ci ne dispose du droit de vote et du droit de détenir son propre compte bancaire. Tout ça n’est pas si ancien, la vigilance reste de mise et la volonté de ne « jamais se résigner » [2] doit rester intacte.

Laurence GARO
Élue nationale – Membre du Bureau ADH


[1] Traduction : « l’attente du Prince Charmant »

[2] « Ne vous résignez jamais » de Gisèle Halimi, Editions Plon – Janvier 2009

avec le soutien de nos partenaires :
Accueil > L’ADH > Tribune > A quand la Journée de l’homme ?