Toutes les tribunes


page : 1 . 2 . 3 - suivante


Nouvelles instances HPST : les femmes à la cuisine, les hommes au salon ?

9 mars 2010

A l’occasion de la journée de la femme, 40 ans après des « Etats généraux » destinés à connaître et à communiquer sur les aspirations des femmes dans la société, le thème de la parité a le vent en poupe. Dans les discours tout du moins.

Si les femmes sont largement majoritaires au sein des professions de santé et donc très présentes à l’hôpital, si les promotions d’élèves directeurs intègrent depuis quelques années autant d’hommes que de femmes, qu’en est il dans les instances de décision, et qu’en sera-t-il demain dans ce qu’il est convenu d’appeler la « nouvelle nouvelle gouvernance » issue d’HPST ? Alors que l’Assemblée nationale vient d’adopter une proposition de loi visant à instaurer la parité dans les Conseils d’administration des entreprises cotées, le monde de la santé a l’occasion d’être exemplaire (ou non). Les nominations prochaines des membres des conseils de surveillance des ARS et des EPS, des Directoires hospitaliers et des organigrammes des ARS sont autant d’opportunité pour traduire le discours sur la parité en décisions.

Le dossier de presse relatif à la nomination des Directeurs préfigurateurs des ARS figurant sur le site du Ministère de la santé et des sports peut susciter quelques inquiétudes. Il est précisé qu’avec 27% de femmes nommées préfiguratrices (7 femmes DARS sur 26 postes), on bat un record : « Il s’agit de la proportion la plus élevée parmi les réseaux des services déconcentrés de l’Etat ». Le record à 27% serait donc le fruit d’une action particulièrement volontariste...

Au sein des ARS dont les organigrammes sont en cours de définition, une vigilance s’impose sur le « partage des tâches » que constitue le choix des personnes qui se verront confier les fonctions stratégiques, et celles chargées de les appliquer. La parution de certains organigrammes provisoires nous permettent d’en douter.

Sans aller jusqu’à proposer des quotas, l’ADH suggère à la DHOS de rappeler aux Directeurs d’ARS et aux élus que la mise en œuvre des décrets d’application de la loi HPST doit naturellement aboutir à la parité. L’ADH entend aussi jouer son rôle en mobilisant concrètement les collègues. En 1970, pour présenter les Etats généraux de la femme, une photographie d’époque, en noir et blanc, montre le modèle qui domine alors : le père de famille trônant à la table familiale, son épouse s’affairant en cuisine flanquée de sa progéniture. Il serait paradoxal d’avoir des Conseils de surveillance et des Directoires masculins et des services de soins féminins sur le mode « les femmes à la cuisine, les hommes au salon »...

Gaëlle SAUNIER-DUFOUR, Directrice adjointe CH Saint-Brieuc Alain SLAMA, Directeur CH Montereau, Elu national ADH

Membres du groupe de réflexion « Parité & mixité » de l’Association des Directeurs d’Hôpital piloté par Laurence Garo

— 

Vos commentaires, témoignages et prescriptions sont les bienvenus pour enrichir les travaux du Groupe « Parité & mixité ». Contact : laurence.garo@ch-ploermel.fr & permanence-adh@ch-sainte-anne.fr

avec le soutien de nos partenaires :
Accueil > L’ADH > Tribune > Nouvelles instances HPST : les femmes à la cuisine, les hommes au salon (...)